Marsyas, par l’Ensemble Instrumental de l’Ariège

Date de création : 22 juillet 2005
Orchestre d’Harmonie
Maison d’édition :De Haske Publications

Solo Flute (+ Piccolo), Harp obligato,
Picc. (+ Fl.), 2 Fl. (+ Alto Fl.), 2 Ob. (+ Eng.Hn.),
2 Bsns (+ Cbsn), Eb Cl.,
Bb Cl. I-II-III, Alto Cl., Bass Cl., Cb. Cl.,
2 A. Sax., T. Sax., Bar. Sax.,
4 Hns, 2 Cnts, 2 Tpts (+ Flhn), 3 Trbs,
1 Euph., 1 Tuba, Cb., 5 Perc.

Durée : 16:30
Degré de difficulté : 5

Présentation.

Si les récits de métamorphoses furent très populaires dans l’Antiquité gréco-romaine, le recueil du poète latin Ovide [43 av. J.-C./17 apr. J.-C.] est de loin le plus célèbre. Les quinze livres des Métamorphoses racontent la formation du monde et les transformations légendaires des dieux et des hommes en animaux, en plantes ou en objets. Parmi les nombreuses histoires de métamorphoses relatées par Ovide, on trouve celle de Marsyas, un satyre originaire de Célènes en Phrygie. Fils d’Hyagnis, considéré comme l’inventeur de l’harmonie phrygienne, Marsyas excellait dans la musique.

Un jour, Athéna fit une flûte double et en joua à un banquet des dieux. Tournée en dérision par Héra et Aphrodite, et ayant constaté elle-même, en voyant le reflet de son visage dans l’eau, que l’instrument, quand elle en jouait, lui déformait les traits, elle jeta la flûte en maudissant quiconque la ramasserait. Cette malédiction frappa le satyre Marsyas qui la trouva et en joua magnifiquement, au grand plaisir des paysans des contrées phrygiennes qui l’écoutaient et qui prétendirent que le dieu Apollon en personne n’aurait pu mieux faire avec sa lyre. Apollon entra dans une colère formidable et proposa à l’insolent satyre un concours musical dont le vainqueur pourrait faire subir au vaincu le châtiment de son choix. Les Muses et le roi Midas, choisis comme juges, ne réussirent pas à départager les concurrents. Alors, Apollon joua de la lyre à l’envers et demanda à Marsyas d’en faire autant avec son instrument. Cela était impossible. Marsyas n’y parvint pas, et Apollon fut déclaré vainqueur. Il se vengea du satyre de la plus cruelle façon : il l’attacha à un pin et l’écorcha vif.

Certains racontent qu’Apollon, se repentant de sa vengeance, métamorphosa en fleuve le corps de Marsyas. D’autres prétendent que le sang de Marsyas ou les larmes versées par les nymphes et les satyres, privés des enchantements de sa flûte, formèrent le fleuve de Phrygie qui porte son nom.

Marsyas fut créé le 22 juillet 2005 à Bordes sur Arize en Ariège par le flûtiste Claude Roubichou (piccolo solo à l’Orchestre National du Capitole de Toulouse), Anne-Claire Cazalet, harpe, et l’Ensemble Instrumental de l’Ariège, sous la direction d’Éric Villevière.

Play Video

Marsyas, par l’orchestre Banda Municipal de Vitoria-Gasteiz (Espagne)
enregistré au Teatro Principal de Vitoria-Gasteiz, le 25 avril 2018

Narratrice : Elisa Rueda
Flûte/piccolo : Alberto Itoiz
Harpe : Hegoa Intxauspe

Orchestre d'Harmonie